A Chantar m’er

A Chantar m’er / Beatritz de Dia

 

A Chantar m’er

A chantar m’er de so qu’eu no volria,
Tant me rancur de lui cui sui amia ;
Car eu l’am mais que nuilla ren que sia :
Vas lui no.m val merces ni cortezia
Ni ma beltatz ni mos pretz ni mos sens ;
C’atressi.m sui enganad’ e trahia
Com degr’ esser, s’eu fos dezavinens.

D’aisso.m conort, car anc non fi faillensa,
Amics, vas vos per nuilla captenenssa ;
Ans vo am mais non fetz Seguis Valensa,
E platz mi mout quez eu d’amar vos vensa,
Lo meus amics, car etz lo plus valens ;
Mi faitz orgoil en digz et en parvensa,
Et si etz francs vas totas autras gens.

Meraveill me cum vostre cors s’orgoilla,
Amics, vas me, per qui’ai razon queu.m doilla
Non es ges dreitz c’autr’ amors vos mi toilla,
Per nuilla ren que.us diga ni acoilla.
E membre vos cals fol comensamens
De nostr’amor! Ja Dompnedeus non voilla
Qu’en ma colpa sia.l departimens.

Proeza grans, qu’el vostre cors s’aizina
E lo rics pretz qu’avetz, m’en ataïna,
C’una non sai, loindana ni vezina,
Si vol amar, vas vos no si’ aclina ;
Mas vos, amics, etz ben tant conoissens
Que ben devetz conoisser la plus fina ;
E membre vos de nostres partimens.

Valer mi deu mos pretz e mos paratges
E ma beutatz e plus mos fins coratges ;
Per qu’eu vos man lai on es vostr’ estatges
Esta chanson, que me sia messatges :
E voill saber, lo meus bels amics gens,
Per que vos m’etz tant fers ni tant salvatges;
No sai si s’es orgoills o mal talens.

Mais aitan plus voill li digas, messatges,
Qu’en trop d’orgoill an gran dan maintas gens

Estat ai en greu cossirier

Estat ai en greu cossirier
Per un cavallier q’ai agut,
E vuoil sia totz temps saubut
Cum eu l’ai amat a sobrier.
Ara vei q’ieu sui trahida
Car eu non li donei m’amor
Don ai estat en gran error
En lieig e qand sui vesti

Ben volria mon cavallier
Tener un ser en mos bratz nut,
Q’el s’en tengra per ereubut
Sol q’a lui fezes cosseillier ;
Car plus m’en sui abellida
No fetz Floris de Blancha or ;
Eu l’autrei mon cor e m’amor,
Mon sen, mos huoills e ma vida.

Bels amics, avinens e bos,
cora.us tenrai en mon poder,
E que iagues ab vos un ser,
E qe.us des un bais amoros ?
Sapchatz gran talan n’auria
qe.us tengues en luoc del marit
Ab so que m’aguessetz plevit
De far tot so qu’eu volria

Ab ioi et ab ioven m’apais

Ab ioi et ab ioven m’apais
E iois e iovens m’apaia,
Que mos amics es lo plus gais
Per qu’eu sui coindeta e gaia,
E pois eu li sui veraia
be.is taing q’el me sia verais,
C’anc de lui amar no m’estrais
Ni ai cor que m’en estraia.

Mout mi plai car sai que val mais
Cel q’ieu plus desir que m’aia,
E cel que primiers lo m’atrais
Dieu prec que gran ioi l’atraia,
E qui que mal l’en retraia,
Non creza, fors qu’ie.l retrais,
C’om cuoill maintas vetz los balais
Ab q’el mezeis se balaia.

Dompna que en bon pretz s’enten
Deu ben pausar s’entendenssa
En un pro cavallier valen
Pos ill conois sa valenssa
Que l’aus amar a presenssa,
E dompna, pois ama a presen,
Ia pois li pro ni.ll’avinen
No.n diran mas avinenssa.

Q’ieu n’ai chausit un pro e gen
Per cui pretz meillura e genssa,
Larc et adreig e conoissen,
On es sens e conoissenssa;
Prec li non aia crezenssa,
Ni hom no.il puosca far crezen
Q’ieu fassa vas lui faillimen,
Sol non trob en lui faillensa.

Amics, la vostra valenssa
Sabon li pro e li valen,
Per q’ieu vos qier de mantenen
si.us plai vostra mantenenssa.

A chantar m'er : Comtesse de Die

A Chantar m’er

Il me faut chanter ici ce que je ne voudrais point chanter
Car j’ai fort à me plaindre de celui dont je suis l’amie
Je l’aime plus que tout au monde
Mais rien ne trouve grâce auprès de lui
Ni Merci, ni Courtoisie, ni ma beauté, ni mon esprit,
Je suis trompée et trahie comme je devrais l’être
Si je n’avais pas le moindre charme.

Une chose me console : jamais, je n’eus de torts
Envers vous, ami. Je vous aime, au contraire
Plus que Seguin n’aima Valence
Et il me plait fort de vous vaincre en amour,
Ami, car vous êtes le plus vaillant de tous.
Mais vous me traitez avec orgueil en paroles et en actes,
Alors que vous êtes si aimable envers d’autres.

Je suis surprise de l’arrogance de votre cœur,
Ami, et j’ai bien sujet d’en être triste
Il n’est point juste qu’un autre amour vous éloigne de moi
Quel que soit l’accueil qu’il vous réserve,
Qu’il vous souvienne du début
De notre amour. A Dieu ne plaise
Que par ma faute il s’achève.

La grande vaillance qui loge en votre cœur
Et votre grand mérite me sont sujets de tourments,
Car je ne connais point dame, proche ou lointaine,
Et en désir d’amour qui vers vous ne soit attirée
Mais vous, ami de si bon jugement,
Vous devez bien reconnaître la plus sincère
Ne vous souvient-il pas de nos jeux-partis ?

Ma valeur et mon lignage, ma beauté
Et plus encore la sincérité de mon cœur, doivent me secourir

About the Author: chil_177_deric

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!