l’Église de Peaugre / Fatorgue d’Eloi Abert

L’église de Peaugre / Fatorgue d’Eloi Abert

L’Eglise de Peaugre, un conte d’Éloi Abert en patois de Chantemerle-les-blés, une histoire de clocher pour rire de ceux de Peaugres qui égalaient bien en bêtise les orsatus…
L’église de Peaugres – petite avec un clocher ridiculement bas – était la risée du canton, le conseil municipal, dans un sursaut de dignité, décida de l’agrandir sans bourse délier en la faisant pousser en l’entourant de fumier, comme on le fait pour les plantes… Mais comme elle ne grandissait pas, il fallut bien se rendre à l’évidence – elle était morte – et s’en contenter

 

Morceaux choisis : l'Eglise de PeaugreL’Egliso de vès Piaugre é basso et petito et lou cliouché pas plus hiaut qu’ino bounetto. Lo gens dos villages vésis se mouquavan de iellis per ico et lio disian qu’i-l-eyan lo plus basso ilieso do départament. A la fin i se facheran. Lou cousê municipa se rassemblê. Lou maire dissi :
– Vous savè perqué vous ai fa venir, vous savê que toutas las communas vésinas se foutan de nous autris à causo de notr’ilieso. Faut lio fare vère que sian pas plus paures et plus bêtio que iellis et…
– Fare batir in’autro ilieso, dissi l’adjoint, li ai bien pensa, maid couterê diabloment de liards.
– Que vous sia necie pamen, repondê lou maire. J’ai brougea et si vous voulê fare coume vo dire, nous faudrê pas deborsar in liard.
– Veyen co, disséran tous lous conseillés
– Vous avê tous remarqua , continyê lou maire que quante mettan de fumier au pied d’in arbre, o pousso, pousso et deven au bout de quauquis temps in arbre si gros que faut plusieurs hommes per embrassar lou pare. Proposou donque d’entourar l’illieso d’in gros, gros cuchon de fumier. Et alors vous verés, i piasserê en hiauteu, en largeu coume lou pare d’in arbre et dins quauquis ans porran à notre tôr nous mouquar de las communas vesinas et lio dire en lio montrant notr’ilieso : « Vous n’avè pas ieno coum’ico vous autris. Lo votro à côtà é ren que in etrablou ! »
In murmure d’admiration se feguê ovir de tout côta et tous d’ino soulo vouès disseran
– E foutre vrê, li eyan pas pensa.
Séance tenanto i décidéran que pendant dous ans touto do païs seran tenus d’amar portar lio fumier tout autôr de l’ilieso en laissant la porto libro. Lo gent se feguèran pas tirar l’oreillo. I-l-eyen si enveyo d’aver in’ilieso plus hiauto que las autras, qui frémogeavan à tout bout de champ per portar lou fumier autôr de l’ilieso. Au bout d’in an lou cuchon appiavo jusqu’au cuvert. Quand lo gent venian à la messo, il se frettavan las mans de plési en disant :
– Mé évi qu’i vé poussar dru ieuro.
De fis lou maire arrivavo vèque lou consê municipa, i se mettian près, a distanço et dovrian de grands yeux
– I pousso, disio lou maire belio pas beaucoup enco, mais i pousso, regardê bien.
– Ouê, foutre ben, disio l’adjoint, i-l-o belio grandi d’in quart d’homme. Ieuro, qu’i se metta a poussar qu’o miré vite. Ah las communas vesinas riran pas dins quauquis ans d’ici
Et i s’en anavan ente se frettant las mans biore bouteillo au cabaret et fare ino qudretto.
Portant lou fumier s’accuchavo, s’accuchavo toujôr ; inco siés més et o curissio lou cuvert et cachavo lou clouchié. Alors i s’applanteran et épereran. De temps en temps lou consê venio vêre et après aver bien rigarda, quauquis conseillés brandavan lo têto
– I-l-o pas bougea, disian-t’i
Eperen, disio lou maire l’oureillo basso.
I-l-épereran enca in an mais coum’i veguèran a lo fin qu’i voulio pas poussar, lou consê se reunossê per délibérar.
– S’i pousso pas, dissi lou maire, a-l-é qu’i-l-é creva.
– E co, dissi l’adjoint, i-l-creva.
– I-l-é creva, disseran tous lous conseillés.
Coume vous pouyê bien pensar, l’esperienço faguê pas continuya. Los gens de vès Piaugre charreyeran lou fumier dins lio champs, et i-l-an enco lo plus basso et lo plus petito ilieso do départament : in’iliéso morto per dessus lou marché. E quand lo gent de las communas vésinas se mouquant de iellis per ico i repondant :
– Ah, si-l-ero pas enta creva, vous aura veu, faudro prendre ino lunetto de longo-veuyo per vère lo pointo do cliouché

About the Author: chil_177_deric

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!