Épitre sur les Réjouissances

Epitre sur les Rejouissances… / Blanc-la-Goutte

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.


Un couple qui ne peut se retrouver pour la fête (1-14)

Te m’aya ben promey de quitta tous afare,
Quan te sauria lo jour qu’on farit le fanfare.
Je t’envoyi Piarrot t’u dire de ma part ;
Je t’ally u devan divendre su lo tart,
5 – Je t’atendy long-temp.  N’y faliel pas songié,
Je me couchy  cretin , san beyre ni migié.
Te vin de me manda que te n’u pa leizy,
Que si je t’écrivin je te farin pléizy,
Te vodria lo detal de touta cela fêta.
10 – Pe te lo fare bien, faudrit un autra têta ;
Faziet biau vey, ma Poura ! E pe te contenta,
Du mieu que je sourey, je t’u voy raconta.
En patoy, san façon, te m’ordone d’écrire,
Dacord ; mais su ma fey ! t’uurez pena d’u lire.

 Les préparatifs dans les rues (15-27)

15 – A huit heure de not dissando comencit,
De cent cloche lo brut jusqu’u ciel s’entendit.
Dimenchi quan fut jour chacun se bolicave,
Qui decey qui deley, selon l’ordre coivave ;
L’un faziet tapissié, l’autro, per son valet,
20 – Faziet planta de clou lo long du talapet ;
Louz un de lor leincieu fazion posa de tente,
D’autro fazion lava la ruë à lor servente.
Tout eyre si joyou, que din dou tour de man.
Fut tendu pe dessu, tapissia pe devan.
25 – En vain se vit roula sept ou huit comissairo,
Y n’euron pa pena d’ouvri lor ecritoiro,
Y viron que chacun faziet ce q’u deviet.

 A l’Église la messe pontificale (28-38) 

Cependan din l’Eglezi intrave que pouviet.
Te nen  sça beliau prou, car deja je me troblo,
30 – Pe te dire coman Monseignou de Grenoblo,
Crossa, mitra, para de son plu bel habit,
Pontificalamen la grand-messa dizit,
L’on veyet à son air que du fon de son ama,
U remerciave Dieu, la bona Nôtra-Dama,
35 – Du pretiou prezen que n’on reçeu du Cieu.
Lou Prêtre de respet baissavon tou louz yeu,
Ufrant u Rey du Rey du pouro la priery,
Priavon de manda loin de no la misery.

 La procession (39-86)

Duran çeu temp, defour, tout du Ion du quartié,
40 – S’assemblavon san brut noutre gen de métie :
Tou pe la procission à l’envey l’un de l’autro,
Bien raza, bien poudra s’eyron mey su lor propro,
De flou lou lou priou s’eyron enbouquetta,
Lou savatié maunet s’eyron tou décrotta.
45 – Un chanoino sortan fit comencié la marchy.
Le Baniere levey chacun prenit sa placy ;
Marchan devotamen, san rire ny parla
– Chouza rara pa moin ! – l’on lou vit defila.
Lou pié-déchau suivion coma lous autrou moino,
50 – Lou clergeon, lou curau, lou prêtre, lou chanoino ;
Dessout lo dey tenu pe quatre grou Monsieu,
L’évêque, tout dora, portave lo bon Dieu.
Du grand brut du canon, le meizon ressautavon,
Le vitre se rompion et le fene tremblavon.
55 – En suita du Prelat, son jugeo, son griffié
Venion tou sou valet et tou souz officié.
Un pou après venion, en bona contenanci,
Lou Messieu de Villa, gen d’esprit et de scianci,
Lou coutiou eyron vêti de robe de velou,
60 – Ul eytion preceda de sept ou huit mandou,
Suivi de l’Avocat, procurou, secretairo,
Du griffié, de l’hussié, du portié, du notairo
Devan lo Parlamen marchave, d’un air fier,
L’officié de Prevôt suivi du Cavalier.
65 – Louz hussié du Palais don le robe trainavon,
Lor verget din la man, à pa compta marchavon;
Messieu lou secretairou précedan Monseignou;
Se vit dix Presidan d’un port majestuou,
Un Chivalié d’honou don l’illustra naissanci
70 -Surpasse lo hau reng et la magnificenci.
Cinquanta conseillié, Messieu le Gen du Rey
Din lor robe rouget, ceu jour, se firon vey.
– Qu’un autro plu sçavan, conneyssan ma foiblessy,
Tie dieyze lor vertus, lor zelo, lor noblessy !
75 – De vanta tale gen ne fut jamey mon fat.
Faut sçavey lo latin, faudrit être avocat ;
Tant i at ! Tou doucimen continuan mon contou -.
Paruron lou Messieu de la Chambra du Comptou,
Suivi d’una fola tant d’homme que garçon,
80 – De gen de touz eytat, de toutet le façon.
Ne s’ere jamey fat de procission si bella,
Si nombrousa, si loin, ny mey si solemnella :
Y fut à Saint André, Saint-Louis et u Jésuites,
De pertout s’entendiet cinfoni, petard, boüites.
85 – j’eu la benedition trey fey din ceu trajet,
Enfin je m’en veny pe migié un morcet.
 
Le dîner à l’évêché et les autres repas (87-98)

A l’ Evêchié se fit pe soixanta personne,
Un dina, don le sauce eyron toute bien bonne.
Tout eyre fin, ragout, ruty, patissari,
90 – U semblave, ce dion, ceu de Jean de Pari.
De la gen du Clergié le tête venerable,
Lou noblo, lou Consul remplission cele table.
Si din le gran meyson, se faziet de banquet,
Ne s’en faziet pa moin dedin lou cabaret.
95 – A Saint-loren, lo vin couriet pe la charreyry,
De la via, ne se vit tan migié, tan chanta,
L’aigua ne troublit pa celou de la Pereyry.
Tant fare de fouly, tan dansié, tan sauta.


La nuit et l’illumination de la ville (99-126)

La not à pa de lou, u milieu de lez ombre,
100 – Venit couvri lo jour de se tenebre sombre.
De même qu’en été quan lo temps s’obscurcit,
La Cloche de pertout su-lo-champ l’on sonit,
Non pas du tristo ton que chassa la tempêta,
Mais coma pe Chalenda ou pe qu’autra fêta,
105 – Lo jour n’eyre pa loin, y n’eyre qu’éclipsa,
Dedin un heura u plu, cela not fut passa.
Pegaze, à mon secour, je ne poüey plu marchié,
Si te ne m’aide pa je m’en vouëy me cachié !
MIENA, tout ey perdu, lo sat et le quillet,
110 – Tale n’y penson pa que von resta fillet,
Du fin fon de l’Enfer l’on vey sorti le flame,
La Vila va brûla, n’y a plu de bonez ame ;
Diantre syet de chivat, qu’on ne pot pa monta !
Je n’ey fat que lo vey, y m’at épouvanta !
115 – Y fat dire lez oure autramen qu’i ne passon.
S’en serve que vodrat ! Dison que no savon.
Rassura te pe vey trey mille pot à feu,
Miliante couquillet qu’éblouysson louz yieu,
De chandelet pertout, pe trou et pe fenêtre,
120 -Chieu noblo, chieu bourgeois, chieu lou moino, chieu prêtre,
Su porte, su balcon, pe cour et pe jardin,
Feu que ne s’amortit que le dilun matin.
Le gen, coma de fou, pe le ru, pe le place,
Allavon et venion, fazion de jambe lasse.
125 – Aurit falu cen-z-yeu per vey tout ce qu’on fit,
Et duran tout ceu temp, persona ne dormit.

Le lundi matin, la fête continue (127-146) 

A pena lo soley recomençant sa ronda
Din Grenoblo montrit sa cheveleura blonda,
Que tou louz babitan, gay coma de quinson,
130 – Badinavon, rizion , chantavon de chanson.
Hor le porte louz un s’allavon promena,
D’autro din lou logi, courion pe déjeuna.
Le boutiquet sarrey ne se vit travaillié
Que lou cabaretié , boulongié, poulalié ,
135 – De matin, se coiffît gran nombro de comare,
Coma pe Saint Crepin, le tripe furon rare.
De tout coutié se vit, de coin et de recoin,
Sorty des etrangié; n’en venit de bien loin :
Combien de Savoyard en carrossi, en leiteiry !
140 – Tout Chamberi partit à chivat ou en chery !
T’ouria trop rit de vey ceu drolo de tropet;
L’un n’aviet poin d’etrieu, l’autro poin de mantet,
L’un portave un chapet plus gran qu’una pailliassi,
L’autro vety de vert que faziet la grimaci,
145 – Le fene binboley, bien parey de riban,
Portavon de panié que semblavon de van.’

A midi, le repas à l’arsenal (147-162)

A meyjour l’arcenat fut rempli de carosse,
Celou qu’eyron dedin, gay coma gen de noce,
Du plus gourman morceu furon tou regala ;
150 – De ceu noblo banquet sarat lon-temp parla :
De chair et de peisson se fit quatro serviço ,
San compta lo dessert que sortit de l’offiço;
U gran brut du canon se but du meillou vin,
A la santé du Rey, de Reyna, du Dauphin.
155 –« Que Dieu pe sa bonta no faseize la gracy,
De tou lou conserva , san chagrin ny dégracy ! »
Monsieu lo Gouvernou, Monsieu lo Chivalié,
En toutez ocasion lor zelo fon brilié ;
Tou noblo, tou vaillan, courtois et generou,
160 – Proteigeon san fierta lou pourou malhérou.
COUETTA , je n’en poëy plu, je seu la de conta;
Ne te lasse tu ren ti-mêma d écouta?

La parade militaire (163-178)

Dejà tranta tambour battion la generala,
Lo Mondo pareissiet d’unâ joëy sans égala,
165 – Deçey deley se vit soudar et habitan,
Prepara lor fesuit, lor epeyet, lor gan,
La trompeta sonant parut la Prévota ;
Officié, cavalié , tou proprou, bien monta ,
Lo sabro din la man, u milieu de mil ame.
170 – L’on lou vit se posta devan de Nôtre-Dame,
Ou pou de temp après lo Parlemen venit,
Monseignou de Gramon a lor têta y intrit.
Duran lo Te Deum lou canon s’entendiron,
Du pistolet trey fey lou cavalié tiriron.
175 – La Cour se retirit quan tout fut achavi,
L’Evêque s’en allit, de son Clergié suivi,
Lou Messieu de Marcieu, gran nombro de noblessa,
Avecque prou pena, sortiron de la pressa.



About the Author: chil_177_deric

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!