Lo Batifel de la Gisen

Lo Batifel de la Gisen / Laurent de Briançon

  Lo Batifel de la Gisen, un texte de Laurent de Briançon, gaulois, gaillard, rabelaisien, le texte d’un homme de la Renaissance, un manifeste humaniste. Monument de la littérature dauphinoise et de la Littérature tout court. Lo Batifel de La Gisen, Bavardages chez l’Accouchée… Elles ont bien mangé et bu…Pissi Sen se dandine sur sa chaise, s’agite puis n’y tenant plus plante son couteau dans la table et entame dans le silence le plus complet un discours vengeur sur les malheurs du temps, opposant la douceur opulente et gaillardes du temps d’avant au monde actuel, mesquin, rabougri et d’une tristesse à pleurer qu’impose Calvin avec ses interdits dont le pire – elle peut à peine le dire tant la chose est inconcevable – est que la fena ne det se fare labourà !

 



Adonque ele aguiron Lo cour si apidà,
su’entre toute se priron
A gonfa, a gula, & a fare tau jei
Que le mire que son de chalou enragei.
A la fin Pissi-Sen, qui parla come un livro,
Sarran le den d’encroù, dissit : U l’eret yuro,
Oy ma fei qu’u l’eret, ou sen entendimen,
Cor é sarit pruto en natura possiblo
De teni la Sizampa, ou l’eiga din un quiblo,
Que de pouei iamei lo mondo chateni.
De tàtà de si grànda & bona chatoni.
La natura, de si, tojour requier iointura,
 Et ne pot endurà que set poin d’uvertura
 Voida & sen eitopon : La chambra onte nou son
Ore à batifelà, et plena de façon,
De meinagio, de gen, d’ér de quauque vessina
Qu’en eitranglan un pet, on làsche en iaffina :
 Qu’e n’y a ren de voidou ; & ne pourrit-on pà
Y trouva pertusola à clore & eitopà.
De ceta norma vin que la fena poteta,
Ne chomarie jamei sen mena la sangueta,
Et se fare fressi lo ben-eirou pertu
Que natura lia mei uprè de là boi-tu.
Et si vet-on souven qu’encor à mala pena
On li pot assoula la chalou de la vena
Du cu, qui, farean tout einsi qu’un tison
 Jusqu’u bou du zarteu l’y baille migison.
Et peusse lo pleizi de cela douci enferra
Superasse tout ben qu’on a dessu la térra,
Oi lo bère & migié, & tou zautrou uncour,
Don natura nou blusse & gatille lo cour.
On vet communamen que le pru fiere bétie
S’en van apriveisan & devenon dométie :
Et que iamei dangié ne pot l’aume troublà,
Mean qu’u se poisseize à sa coinda acoubla.
Uncour en ai-ij veu qui ayan ioüissanci
De cela qui lo cour lour eipoin d’amitanci,
Cour-failli, langoirou, avanclo & charmuzi,
Per ne se povei pa fula de tou pleizi ;
Et d’autrou varallié, einci qu’una naveta,
Per se pouvei otà lo jar de la brayetà :
Lo jar qui affichou, lour pique pru avan
Lo cour & l’eiperit, que ne fat lo tavan.
Adonque bourdonan, & d’una’ala ligieri,

U fort enverimà à defour de sa tauneiri ;
Encro, vou bataillé & lo groin, & lo nà
Du garçon, qu’à son dan l’et venu ateinà ;
Qui trepet deitressi, & brut comme l’Ysera,
Et fat pru pitou jai que la mala fouzera.
Lo mondo en ét si chet, qu’e ne tin qu’à pouvei
Qu’on ne s’y attaleise a chaque ora cen vei.
Mé, natura, que vou garanda son ouvragio,
Nou zen fat leitachet folamen quoque viàgeo ;
Autramen, on verrit lo mondo enfoulati,
Et étre, en po de ten, de la mor trangluti.
a fena, mémamen, que la natura a féta
Toute le vei qu’on vou à la besougni préta :
Vrai dié, quan li se sin dessu l’aume poyé,
Et en métre passa, su un bra s’appoyé,
Et avei l’autra man li souleva la coiffi :


Peu, quan, tout eicuman d’una’amoirou angoissi,
Dun choso reposei, gro come un murusson,
La furgue fort & sert en diversi façon ;
E remenan lo cu, eiplet come cigala,
Li dance su lo cor la béla martingala :
Et quan lei, qu’et dessout, reon de galico,
Et couragiousamen li fat milli brico,
En morteiran du cù, einci qu’una serventa
Qui bréye en un mortié ou fâ ou faucimenta :
Quan plena de furou on la vet tra-sassié,
Et de jambe de bra lo cor l’intrelacié ;
Sinta lou berlingau, qui de genti bizôla
U sin pertu du cu li fat la sinigola ;
Peusse quan à la fin l’un & l’autre eipami,
Ne se bùge non pru que s’y l’ere endurmi :
Ie ne crei pa que set chosa pru amitouza
En touta la natura, & que la ben eirouza
Arma du trepassa aye en Paradi,
Per prevon qu’eilli y set, tot mëon de burdi.
Et peu, Mosse Crauvin, pru poissen que Natura,

Nou zoutarat si gransa & douci conortura ?
U farat, lo poitron, que iamai lo caquit,
Celeu qui lo premiè de son dit se moquit,
Fut la fena qui tan sit sanguetà son ochi,
Qu’u l’en aguit lo fron aussi rion qu’una fourchi.
Celei farit ben nassa vn iour malencontrou,
Qui creirit le reison de celeu maleirou ;

 

About the Author: chil_177_deric

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!